Association ALPC
Implants cochléaires

Différentes prothèses pour la surdité

Les prothèses auditives

On essaie toujours d’adapter des prothèses auditives (ou appareils de correction auditive ) dans un premier temps. Elles amplifient les sons environnants pour qu’ils soient mieux perçus par l’oreille déficiente.
L’appareillage est choisi, adapté et réglé par un audioprothésiste qui agit sur prescription médicale.

Lire la suite

ALPC

La surdité, pourquoi, comment ?

La surdité peut être d’origine génétique. On parle de surdité congénitale pour une surdité installée avant la naissance.

La surdité peut être acquise suite à une prématurité, une maladie ou à un traumatisme dans l’enfance ou à l’âge adulte.

La surdité de l’enfant compromet l’acquisition et la qualité du langage oral et ce d’autant plus qu’elle est précoce.

Il est donc important de pouvoir établir un diagnostic fiable afin d’en évaluer le degré (la sévérité) et de proposer éventuellement un appareillage adapté.

Lire la suite

Enfant avec implant cochléaire

L’implant cochléaire, comme les autres aides auditives, doit s’inscrire dans une prise en charge globale de l’enfant sourd.

Cette technologie est révolutionnaire car les enfants, qui n’auraient jamais pu entendre, peuvent aujourd’hui découvrir le monde sonore. Toutefois, les capacités technologiques de l’implant cochléaire dans le traitement du signal sont inférieures aux capacités humaines naturelles.

Lire la suite

ALPC

Parler français avec les enfants sourds

Le LPC est un codage manuel des sons de la langue française. Apprendre le LPC consiste à apprendre huit formes manuelles et leurs cinq emplacements près du visage.

Le LPC offre à l’enfant une perception complète et sans ambiguïté du français oral. L’enfant sourd peut donc acquérir le français par imprégnation.

Lire la suite

ALPC

Sans l’aide de la LPC, la perception de la langue n’est pas de bonne qualité, ni variée :

  • L’enfant sourd perçoit des mots déformés ou amputés, peu ou pas de petits mots (conjonctions, pronoms…), peu ou pas de changements de forme.
  • L’enfant sourd ne perçoit (imparfaitement) que les mots qui lui sont directement adressés. Son vocabulaire est pauvre.
  • Les structures de phrases sont peu variées, l’entourage utilisant toujours les mêmes formes de phrases. Les modèles linguistiques sont peu variés.

Lire la suite