Association ALPC

WECA – novembre 2017

Weca Bretagne 2017

Quand ado deviendra adulte.

Le WECA (week-end codé adolescents) est un « break » de 3 à 4 jours pour les jeunes de 14 à 17 ans qui sont touchés par la surdité et qui utilisent le code LPC. Weca Bretagne 2017Ce sont souvent les mêmes que ceux qui viennent au « camp ado » lors du stage d’été de l’ALPC. Beaucoup se connaissent déjà, mais habitent parfois loin les uns des autres. Ce week-end est donc un moment fort de retrouvailles pour eux.

En 2017, le WECA s’est déroulé à Fougères (35) du 27 au 30 octobre, 17 ados ont participé.

Jamais 2 sans 3.
Une fois de plus les ados se sont retrouvé le temps d’un break à l’occasion des vacances de la Toussaint.
Après La Rochelle en 2015, la Corse en 2016, nous voilà en direction de Fougères en Bretagne.

On retrouve des têtes connues tant chez les encadrants que parmi les ados. Certains feignent de n’avoir pas encore 18 ans pour profiter encore de ce week-end très attendu.

Le local et organisateur, Fabien, a concocté un programme chargé à la fois culturel et sportif.
Les retrouvailles se font vendredi à Paris pour une bonne partie du groupe et ensuite à Fougères pour le reste. Fabien nous emmène « chez des amis » pour manger une « galette saucisse » à midi, parce qu’il « faut bien leur faire découvrir la culture locale ».

Le ventre plein direction le château de Fougères, le plus grand château fort médiéval encore en état d’Europe. Le guide qui s’est chargé de la visite a su complètement captiver l’attention des jeunes et était à l’écoute de Marjolaine la codeuse pour qu’elle puisse tout retransmettre dans les meilleures conditions. C’était très plaisant pour tout le monde.

Après avoir visité le château-fort, nous emmenons, le soir, les jeunes manger dans un château. Oui, oui, ils ont été reçus comme des rois au Château du Bois-Guy. Ils se souviendront longtemps de l’excellent repas qui a été servi avec toute la cérémonie protocolaire (couverts, l’annonce du plat,…).

Samedi, direction Saint Malo pour le festival de BD quai des bulles et une découverte des remparts de la ville. Grâce aux subventions accordées par la région Bretagne chacun ado avait un petit budget pour s’acheter une BD lors du festival quai des Bulles.
Le roman graphique « Tombé dans l’oreille d’un sourd » remporte les suffrages.
Un petit tour sur les remparts avec les explications historique de Fabien et de retour à Fougères pour préparer le repas.
C’est devenu presque une tradition. Les jeunes, s’ils veulent manger… doivent préparer la tambouille. La cuisine pédagogique du lycée agricole de Fougères sera donc envahie par 17 jeunes qui découvrent alors comment couper un oignon ! (presque véridique) La préparation du repas a duré 2h30… mais l’attente et l’application ont été grandement récompensées avec ce menu gourmet que tous ont dévoré dans un silence religieux.

  • Tarte pomme/camembert
    Poulet mariné au calvados, cidre et pommes caramélisées accompagné de purée de patate douce, potimarron et navets
  • Galette de Saint-Michel en dessert

Dimanche matin, direction le Mont Saint Michel pour une visite de ce monument classé au mondial de l’UNESCO. Le temps est résolument normand, mais les jeunes ne râlent pas trop. Fabien se lance dans une explication de la création du Mont Saint Michel et fini par parler de Superman, Batman et Spiderman. Les jeunes sont scotchés (les encadrants aussi). Après un pic nique à l’abri (ouf !), c’est l’heure du char à voile ! Comme le monde est décidément très petit le moniteur de char à voile est papa d’enfants sourds !
Une fois les consignes données, les premiers s’élancent. Les engins sont vites maitrisés par tous et la plage se transforme en circuit de formule 1, ponctué de cris de joie ou de peur (c’est selon).

Un nouvel arrêt au restaurant « chez des amis » de Fabien, le soir pour se remettre des émotions de la journée.

Dimanche soir la veillée est une table ronde autour de la surdité. Nous avions demandé aux jeunes le vendredi soir de noter sur un papier de façon anonyme des questions qu’ils se posaient vis à vis de la surdité.
Relation avec les entendants, dernière technologie d’implantation, stratégie pour suivre le cours au collège, lycée ou université, « pain au chocolat ou chocolatine » ?
Installés tous en rond sous la surveillance des encadrants qui animent le débat, tour à tour ils prennent le bâton de la parole et s’expriment. Chacun apporte son expérience, son point de vue, les encadrants apportent aussi leur témoignanges, Pablo & Léa en tant qu’adultes sourds intégrés dans le monde du travail, Marjolaine en tant que professionnel de la surdité au courant de toutes les dernières recherches et Pierre-Christophe en tant que parent.
Le débat a pris fin à minuit et demi sous l’injonction des encadrants… « parce qu’il faut aller se coucher ».

Ce format d’échange est une première, ils ne s’agissait pas de témoigner devant des personnes mais bien de débattre au sein du groupe. La teneur des propos était d’une maturité rare, la richesses des expériences des uns et des autres a apporté une plus-value réelle à cette soirée.