Le Pôle Codeurs de l’ALPC

La loi du 11 février 2005 prévoit que tout enfant ou adolescent présentant un handicap pourra être scolarisé dans l’école ou l’établissement le plus proche de son domicile.

Pour beaucoup d’enfants sourds, cette scolarisation ne peut s’envisager sans accompagnement spécialisé : soutien scolaire, présence en classe de codeurs en LPC ou autres selon les besoins et le projet individualisé de chacun.

Les codeurs en LPC peuvent être employés par des services médico-sociaux (type SSEFS : Service Spécialisé Éducation Familiale et Scolarité), plus rarement par des services associatifs. Mais les besoins ne sont pas toujours couverts.

Pour satisfaire aux exigences de la loi, aux demandes des familles qui souhaitent scolariser leur enfant en milieu ordinaire près de leur domicile, et dans l’attente de solutions plus durables, l’ALPC a créé un Pôle Codeurs.

Les objectifs du Pôle Codeurs sont :

  • d’aider les familles à trouver des solutions pour l’accompagnement scolaire de leur enfant sourd par un codeur en LPC, lorsque aucune réponse institutionnelle ne peut leur être apportée,

  • d’apporter les informations nécessaires en ce domaine à toute personne ou institution susceptible de favoriser la réalisation de ces projets éducatifs.

L’activité a été définie selon quatre axes :

  • gestion de l’offre et de la demande de codeurs,

  • assistance dans la recherche de moyens pour assurer la présence d’un codeur,

  • assistance dans la bonne mise en place de l’intervention d’un codeur,

  • relations extérieures : apport et recueil d’informations.

Contact : annieboroy@orange.fr

Parcours scolaires différenciés.

Outre la scolarisation en inclusion individuelle dans l’établissement de secteur, les élèves sourds peuvent avoir accès, en fonction de leurs besoins et de leur projet personnalisé à des parcours de formation spécifiques :

  • Dispositifs PASS (Pôles Accompagnement Scolarité pour élèves Sourds) : scolarité prévue dans des classes ordinaires avec regroupement des élèves sourds (cette organisation doit être prochainement réorganisée par le ministère de l’Éducation nationale.
  • Classes d’ULIS (Unités Localisées d’Inclusion Scolaire) : niveau élémentaire ou secondaire ; sous la responsabilité d’un enseignant spécialisé de l’Éducation nationale, avec intervention possible de personnels du secteur médico-social ; regroupement des élèves sourds dans une classe spécifique avec possibilité d’inclusion en classe ordinaire pour certains enseignements selon les compétences de l’élève.
  • Classes UE (Unités d’Enseignement)  relevant des Établissements médico-sociaux : implantées dans des établissements ordinaires, regroupement des élèves sourds dans une classe spécifique avec possibilité d’activités communes avec les autres élèves.
  • Scolarisation totale dans une classe d’un Établissement spécialisé.

Ces parcours différenciés peuvent être décidés pour répondre aux besoins des élèves qui ne tireraient pas un réel bénéfice d’une inclusion scolaire individuelle dans l’établissement de secteur. Ils sont proposés aux familles lors des ESS (Équipes de Suivi de Scolarisation) et notifiés dans le PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) avec leur accord et/ou à leur demande. Tous les projets de scolarisation sont normalement révisables.

L’utilisation de la LPC au sein de ces classes ou dispositifs est plus ou moins existante selon les académies et les projets de communication proposés.