La perception de la langue n’est pas :

  • De bonne qualité :

L’enfant sourd perçoit des mots déformés ou amputés, peu ou pas de petits mots (conjonctions, pronoms…), peu ou pas de changements de forme.

  • En quantité:

L’enfant sourd ne perçoit (imparfaitement) que les mots qui lui sont directement adressés. Son vocabulaire est pauvre.

  • Variée :

Les structures de phrases sont peu variées, l’entourage utilisant toujours les mêmes formes de phrases. Les modèles linguistiques sont peu variés.

En conséquence, l’enfant sourd n’acquiert pas la langue de façon naturelle et spontanée.

Une mauvaise perception entraîne une mauvaise compréhension.

L’enfant réemploie ce qu’il a perçu et compris c’est-à-dire des modèles linguistiques déformés. Lorsque l’enfant sourd va parler, on observe :

  • Des difficultés dans la construction des phrases : l’emploi des petits mots grammaticaux est peu présent ou erroné, les temps des verbes sont peu ou mal utilisés, les phrases complexes ne peuvent être élaborées
  • Des difficultés d’acquisition du français : le vocabulaire utilisé est pauvre, limité. Il ne peut pas rectifier seul ses erreurs : il ne connaît pas la langue.